Le langage secret des églises et des cathédrales : Comprendre la symbolique des bâtiments sacrés ~ Richard Stemp

35,00 

Acheter avec AMAZON.FR !

Bien que d’aspect relativement modeste, l’église St Martin-in-the-Fields de Trafalgar Square, en plein centre de Londres, a marqué l’histoire de l’architecture religieuse, et ce n’est pas un hasard. Peu de temps après l’achèvement de la construction, en 1726, l’architecte, James Gibbs, publia son Livre d’architecture, qui exerça une forte influence aux États-Unis. St Martin-in-the-Fields peut être considérée comme le modèle des églises américaines; de proportions identiques, construites en brique ou en bardage, elles se distinguent par leur portique, ou porche, et par leur tour coiffée d’une flèche.
Il reste que l’église St Martin-in-the-Fields n’est pas un édifice spécifiquement chrétien. Le portique est inspiré des temples antiques dont le fronton triangulaire, élément païen, reposant sur six colonnes corinthiennes, fut repris par les architectes de la Renaissance italienne aux XVe et XVIe siècles. Le clocher, en revanche, est un élément gothique qui trouve son origine en Europe septentrionale. Cette structure pointant vers le ciel, et donc vers Dieu, est chargée d’une valeur symbolique, et elle signale la présence de l’église à des kilomètres à la ronde. Le mélange des sources d’inspiration – classique et chrétienne, Renaissance et gothique, Europe septentrionale et méridionale – reflète l’histoire de l’Église, l’évolution des styles constituant la matière de la troisième partie de cet ouvrage (voir p. 130-213).
Le terme «église» mérite d’être défini avec précision. Une église désigne un édifice voué à la pratique du culte chrétien. L’Église renvoie à l’assemblée de tous ceux qui partagent la foi en Jésus-Christ, ainsi qu’aux diverses confessions chrétiennes : Église catholique, anglicane, orthodoxe, par exemple. Le culte peut être célébré dans différents types d’édifices : église, cathédrale, chapelle, salle communautaire. Ainsi, si le modèle créé par Gibbs – influencé par sa formation à Rome et les travaux de Christopher Wren, grand architecte anglais de la génération précédente – a marqué l’histoire de l’architecture religieuse, les églises peuvent revêtir une multitude d’aspects.
A titre d’exemple, St Martin-in-the-Fields (voir illustration ci-contre), par la simplicité de ses formes géométriques et la pureté de sa pierre blanche, se démarque vigoureusement de la cathédrale de la Résurrection à Saint-Pétersbourg (également appelée cathédrale du Sauveur-sur-le-Sang, voir illustration p. 8), qui arbore des coupoles bulbeuses multicolores.
L’architecture de la cathédrale de la Résurrection est inspirée de celle des églises russes des XVIe et XVIIe siècles, plus particulièrement Basile-le-Bienheureux à Moscou et Saint-Vladimir à Kiev. La cathédrale de Saint-Pétersbourg, commencée en 1883, affiche clairement une volonté de renouer avec le passé, en accord avec sa vocation de mémorial. Elle fut en effet édifiée par le tsar Alexandre III sur le site de l’assassinat de son père. Son style évoque une époque placée sous d’heureux auspices, tandis que son nom, la Résurrection, laisse augurer un avenir meilleur. Les coupoles de la cathédrale de Saint-Pétersbourg ont une fonction purement décorative, contrairement à celles de Basile-le-Bienheureux, au nombre de huit, qui coiffent des chapelles rayonnant autour d’une neuvième. La structure forme une étoile à huit branches, superposant deux carrés – le chiffre huit symbolise l’éternité au Ciel (voir p. 104-107).
St Martin-in-the-Fields appartient à l’Église d’Angleterre, Église mère de la communauté anglicane, qui, disséminée à travers le monde, demeure l’une des principales traditions du christianisme. L’Église d’Angleterre est une branche de l’Église catholique ou latine, dont la séparation de l’Église orthodoxe, orientale ou byzantine (à laquelle appartient la cathédrale de la Résurrection) remonte au schisme de 1054. L’Église latine s’est fragmentée à son tour, notamment pendant la Réforme, au cours du XVIe siècle, lorsque les protestants, qui regroupent diverses confessions, ont rompu avec l’Église catholique, répudiant l’autorité du pape. Les noms et les définitions des trois principales branches du christianisme faisant toujours débat, nous avons retenu dans cet ouvrage les termes «catholique», «protestant» et «orthodoxe».

Présentation de l’éditeur

Découvrez les symboles et le sens qui se cachent dans la structure et les détails ornementaux des plus beaux édifices sacrés du monde.
Qui est le personnage représenté sur ce vitrail ? Quelle est la signification de ces motifs géométriques ? Pourquoi ces sculptures d’animaux terrifiants au milieu de tant de beauté ? Selon quel dessein la hauteur et la lumière furent-elles exploitées dans la nef ? Pourquoi un pélican pour rehausser ce lutrin ou un feuillage élaboré pour coiffer cas piliers ? Au Moyen Age, la mise en scène de ces symboles s’adressait à une population largement illettrée qui pouvait ainsi « lire » les récits dissimulés dans les églises et les cathédrales. Véritables supports d’éducation religieuse, ces lieux étaient un spectacle tel qu’ils savaient à la fois éblouir les croyants et nourrir leur âme. Pour nos contemporains, les édifices sacrés se réduisent souvent au génie de leur architecture. C’est précisément leur dimension spirituelle que cet ouvrage entend réhabiliter.
Le Langage secret des églises et des cathédrales offre des dés pour apprécier à leur juste valeur l’architecture, l’agencement et la décoration des lieux de culte chrétiens, et mettre en lumière leur signification sacrée. Pour les amateurs de symboles curieux de comprendre le sens caché de l’architecture religieuse, et pour tous ceux qui souhaiteraient pouvoir apprécier l’art chrétien à la lumière de ses secrets dévoilés, cet ouvrage richement illustré se révélera aussi instructif que passionnant.

° Un décryptage du symbolisme utilisé dans les églises et les cathédrales pour exprimer les différents aspects de la foi ;
° Une initiation au sens sacré de la structure, du mobilier et de la décoration des lieux de culte chrétiens ;
° Une exploration des édifices emblématiques du christianisme Notre-Dame de Paris, Saint-Pierre de Rome, Saint-Paul à Londres, la Sagrada Familia à Barcelone ;
° Un éclairage sur l’histoire de l’architecture chrétienne depuis les premières basiliques jusqu’aux œuvres contemporaines.

Biographie de l’auteur

Titulaire d’un doctorat en sculpture Renaissance italienne, Richard Stemp partage son temps entre l’histoire de l’art qu’il enseigne à Londres (National Gallery, Tate Modern, Buckingham Palace) ainsi qu’en Italie, et le théâtre. Réalisateur de nombreuses émissions artistiques pour la télévision britannique, il est également l’auteur de plusieurs ouvrages.

Informations complémentaires

Author

Binding

Creator

EAN

EAN List

ISBN

Item Dimensions

Label

Languages

Manufacturer

Number Of Pages

Product Group

Publication Date

Publisher

Release Date

SKU

Studio